juin 4

Pourquoi être une Mère Parfaite est un problème ?

Temps de lecture : 7 minutes

Pourquoi être une mère parfaite est un problème ?

Je ne pense pas me tromper en affirmant que l’on veut toutes être la Mère Parfaite pour notre enfant.

Noud voulons tous être le meilleur parent qui soit pour notre bébé.

Alors oui, dans cet article, je vais parler au féminin. Comme souvent, même si j’essaie d’être la plus inclusive possible, il m’est tout de même beaucoup plus naturel de parler au féminin.

Alors cher papa qui m’écoute, fais simplement la traduction au masculin 🙂

Pour en revenir au sujet du jour… On veut ce qu’il y a de mieux pour notre enfant, et cela passe par nous.

D’où le fait que, tout naturellement nous essayons d’être le parent parfait.

Sauf qu’à ce jeu là, on se brûle très vite les ailes :

Sois on culpabilise de ne pas y parvenir, sois on s’oublie totalement et sombre dans le sacrifice et le mal être voir le burn-out parental.

Que des choses pas très réjouissantes !

les risques de vouloir être une bonne maman : la culpabilité ou le burn out maternel

J’ai eu envie de cet épisode, d’enfoncer le clou de ce que je pense de la Mère parfaite suite au visionnage de la mini série du même nom « Une mère Parfaite » qui a été diffusé sur TF1 si mes souvenirs sont corrects…

Cette mini série est d’ailleurs une adaptation du roman « The Perfect Mother » de Nina Darnton.

Si je te donne l’origine de cet épisode de podcast, c’est parce que je te ferai un debrief de ma vision de cette mini série. Ainsi je ne te spolie ni le contenu de l’épisode ni la série en elle-même si tu ne l’as pas vu !

Les critères d’une mère parfaite

Tu commences sans doute à me connaitre : Je vais débuter l’épisode par une prise de conscience…

Pour cela j’ai donc besoin que tu réfléchisses aux critères de ce qu’est une Mère Parfaite selon toi.

Prends quelques secondes, minutes, pour tenter une définition de ce qu’est une mère parfaite selon toi.

Une définition réelle, hein. Pas la définition sarcastique et ironique comme on peut la lire sur les réseaux sociaux ou dans le livre la Mère Parfaite est une connasse !

Quels sont, selon toi, les critères d’une mère parfaite ?

Par exemple, à titre tout à fait personnel, j’imagine qu’une mère parfaite ne s’énerve pas, inspire confiance et soutien. Une maman parfaite propose tout un tas d’activités à son enfant afin de lui permettre de se développer dans tout son potentiel.

C’est une maman qui veille à la sécurité physique et émotionnelle de son enfant : Cela passe donc par une alimentation saine, des produits faits maison. Qui est maitre de ses émotions et sait accompagner celles de son enfant, même celles qui peuvent effrayer comme la colère ou la tristesse.

J’imagine une mère parfaite qui passe des moments avec son enfant, de vrais moments de partages, de découvertes etc…

Mais ça, c’est ma version à moi.

Et toi ? Quels sont tes critères pour être une mère parfaite ?

L’origine de tes critères concernant la Mère Parfaite

Maintenant que tu as esquissé dans ta tête quelques critères qui permettent de définir ce qu’est une bonne maman, une bonne mère, je te pose une 2ème question :

D’où viennent ces critères ?

D’où te vient cette idée préconçue de ce qu’est ou de ce que n’est pas une mère parfaite ?

Je ne pense pas me tromper en affirmant que tes critères sont finalement liés à ta propre histoire, à ton vécu !

Réfléchis bien…

Ce que tu as aimé et souhaite reproduire de ton passé

Est-ce que certains de tes critères ne viendraient pas de ton passé, de ce que tu as aimé en tant qu’enfant ?

tes critères pour être une mère parfaite ce que tu souhaites reproduire avec ton enfant

Peut-être que le modèle est ta propre maman, tes grands-parents ?

Ou bien peut être est ce que certains de tes critères proviennent de l’image que tu avais d’un parent d’un ou d’une de tes amies ?

Si je reprends mon exemple, ma propre définition.

L’idée que j’ai d’une mère parfaite qui propose des activités à son enfant le stimule, je le tiens de ma propre maman. Mais également de la famille de ma meilleure amie : Ses parents lui ont fait faire des cours de piano et j’étais admirative de la voir jouer. Je n’avais pas eu cette occasion (et entre nous, finalement, pas sure que cela m’aurait convenu!) Elle avait aussi une tante férue d’activités manuelles. qui lui offrait pas mal de coffret de jeux de ce type Je me revois chez elle, dans leur sous-sol à faire de la pâte de papier pour créer du papier recyclé…

Et toi ?

Je t’invite à reprendre les critères que tu as imaginé pour définir la mère parfaite.

Dans ces critères, lesquelles proviennent de choses que tu as vues enfants, que tu as peut-être vécues, que tu as aimées et souhaite finalement reproduire pour ton enfant ?

Ce que tu n’as pas aimé et ne souhaite surtout pas reproduire de ton passé

De la même façon qu’une pièce à 2 côtés, il est fort à parier que certains de tes critères de la mère parfaite sont finalement des critères imaginés en opposition de ce que tu as vécu ou vu enfant.

C’est une construction par opposition qui reflète ce que tu ne veux pas reproduire.

tes critères pour être une mère parfaite ce que tu ne souhaites pas reproduire avec ton enfant

Par exemple, chez moi c’est ce qui est à l’origine même de MèreCredi et de ce podcast : Mon désir de créer une relation de coopération est en opposition directe avec le modèle dans lequel j’ai grandi où l’adulte domine l’enfant.

De la même façon, mon souhait d’être disponible pour mes enfants est lié à mon enfance : Mes parents travaillaient durs tous les 2 pour nous offrir le confort matériel auquel eux mêmes n’avaient pas eu le droit enfant.

Sauf que moi j’étais la première à la garderie le matin à l’école et la dernière à partir de l’étude le soir…

Comme quoi on se construit tous, à sa façon, en opposition de quelque chose que l’on a vécu.

alors peut être que certains de tes critères de la mère parfaite sont eux aussi tiré de ton vécu que tu cherches à ne pas reproduire !

Pourquoi tu vas dans le mur en espérant être une mère parfaite ?

Tu me vois donc peut être venir avec mes gros sabots…

Pourquoi est ce que tu vas droit dans le mur si tu cherches à coller à l’image que tu te fais de la mère parfaite ?

Le perfectionnisme, poison associé à la Mère Parfaite

La raison la plus évidente et dont j’ai déjà parlé dans plusieurs épisodes de podcast, c’est que l’idée de la Mère Parfaite est étroitement liée à l’idée de la Perfection.

Et je pense au plus profond de moi que la Perfection est un poison doré.

Si tu veux creuser ce sujet, je te mets en description quelques épisodes où je développe ce point…

Mais en gros l’idée est là : La perfection est un mirage.

Sous une couverture brillante, ce n’est finalement qu’un piège qui t’est tendu…

Un peu comme Tamatoa, le crabe géant dans le dessin animé de Vaiana ! Attirant, mais dangereux.

Et bien la Mère Parfaite, c’est la même chose : Sous couvert de l’idée attirante d’être la meilleure maman possible pour ton enfant, tu fonces tête baissée dans le piège qui te conduira soit au burn out, soit à l’incompréhension avec ton enfant. Car tu le trouveras ingrat au regard de tout ce que tu fais pour lui (coucou l’énergie du sacrifice !)

La Mère Parfaite confond son enfant avec son enfant (intérieur)

Mais le sujet du jour pour moi c’est de t’aider à prendre conscience que le piège dans ta volonté d’être la meilleure maman possible pour ton enfant c’est que tu confonds ton enfant avec ton enfant… intérieur !

Et oui, regarde bien : Quand je t’ai demandé ce qu’est une Mère Parfaite selon toi, les critères sont directement tirés de ton vécu, de ton passé. Ce sont tes critères personnels.

Ils correspondent à ce que tu aurais aimé toi enfant ou bien à ce que tu as apprécié durant ton enfance et souhaite reproduire.

Aucun de tes critères n’est issu de ce qu’aimerait ton enfant : ta progéniture. Le mot n’est pas très beau, mais je souhaite marquer une distinction claire et nette entre ton enfant, ta « progéniture » donc et ton enfant intérieur : l’enfant que tu as été.

Car le piège il est bien là !

Tu vises la Mère Parfaite pour ta progéniture en projetant les critères, les aspirations, envies et besoins de ton enfant intérieur.

Sauf que ta progéniture n’est pas ton enfant intérieur.

Ce sont 2 personnes différentes, distinctes.

Tu cherches finalement, inconsciemment à être la maman que tu aurais aimé avoir enfant.

Tu réponds à TON besoin. Celui de ton enfant intérieur.

Pas aux besoins de ton enfant : Ta progéniture.

Tu comprends donc en quoi tu as la les ingrédients parfaits pour un quiproquo entre toi et ton enfant !

Ma proposition de solution à la place de la Mère Parfaite

Comme toujours, tu le sais, le changement n’est possible que par une prise de conscience en amont.

Prendre conscience de la différence entre ton enfant et ton enfant intérieur

C’est ce que je souhaite t’apporter aujourd’hui : Ouvrir les yeux sur cette potentielle confusion entre les désirs de ton enfant et les désirs de ton enfant intérieur

le piège de la mère parfaite vouloir être la maman que tu aurais aimé avoir

La définition de ce qu’est la meilleure maman peux différer !

Car tes besoins ne seront pas nécessairement ceux de ton enfant…

Pour être concrète, je t’ai déjà partagé que mes parents travaillant énormément, je m’étais promis de ne pas faire vivre cela à mes enfants.

Je me suis donc arrangée pour ne pas travailler les mercredis afin de les passer avec eux.

Pour moi, selon mes critères, mon histoire, mon vécu, cela faisait parti de la panoplie de la Mère Parfaite : Passer du temps avec eux quand il n’y a pas d’école.

Sauf que mon grand, Chocapic, m’a un jour reproché de ne pas pouvoir aller au centre aéré le mercredi!

Autant te dire que sur le coup j’ai été abasourdi ! Moi qui prenait sur moi, qui acceptait de moins travailler, donc de gagner potentiellement moins, à l’époque étant salariée cela signifiait également de rater certaines opportunités de carrière, tout ça alors que Monsieur préférerait aller au centre !

Et puis j’ai compris.

Compris que je prenais mes mercredis pour moi, pour répondre aux besoins de mon enfant intérieur et que ce n’était finalement pas le besoin de mon fils.

Qu’au contraire, selon les critères de Chocapic cela m’éloignait de l’image de la « meilleure maman » pour lui !

Tu le vois, on peut avoir de bonnes et nobles attentions à l’égard de son enfant et complètement se planter.

Et en plus, cela génère de l’incompréhension et même de la colère (sur le coup je me suis dit qu’il était franchement ingrat !)

Donc la première étape que je t’invite à faire, c’est cette prise de conscience : Comprendre que tes critères qui définissent la Mère Parfaite sont en réalité établis pour répondre aux besoins de ton enfant intérieur, pas ceux de ton enfant, ta progéniture.

Communiquer avec ton enfant (pas intérieur)

Maintenant que ça c’est fait, la seconde étape est assez logique.

Si tu n’es donc pas la personne la mieux adaptée pour savoir ce qu’est la Mère Parfaite pour ton enfant, ta progéniture, la personne la mieux placée pour répondre à cette question c’est ton enfant lui-même !

La solution c’est donc de communiquer avec ton enfant. Lui parler pour lui demander ses besoins !

comment éviter le piège de la mère parfaite : demander à ton enfant ce qu'il aime

Trop simple pour être efficace ?

Non, c’est si simple que c’est pour cela qu’on oublie de le faire !

Quand tu penses faire quelque chose pour faire plaisir à ton enfant, pose lui la question !

Et là, je t’entends me dire : Et si mon enfant est trop petit pour parler ou pour exprimer ce dont il a envie, besoin ?

Et bien, je te réponds que ce n’est pas grave. Fais-le quand même !

Tout d’abord parce qu’ainsi tu vas créer cette nouvelle habitude.

Et si ton enfant est tout petit, tu peux simplement lui donner l’opportunité de te répondre avec la langue des signes !

Par exemple, s’il s’agit de faire une activité avec ton enfant, tu peux simplement lui demander si cela lui plait ! Déjà, tu verras facilement s’il adhère à ce que tu lui proposes ! S’il se détourne de l’activité au bout d’1 minute, ça te donne déjà un indice !

Le signe pour dire « content » ou heureux consiste à placer les paumes sur le buste et les bouger dans un geste circulaire.

Pour mieux visualiser, je te mets une vidéo de Littlebunbao qui explique ce signe.

Le plus important est en fait de prendre cette habitude d’interroger ton enfant, de communiquer avec lui ! Cela a 2 effets bénéfiques à mon sens :

comment éviter le piège de la mère parfaite et les bénéfices pour ton enfant
  1. Au moins tu es sure de ne pas te tromper et confondre ton besoin avec celui de ton enfant… Donc tu évites les quiproquos, malentendus qui risquent de te donner l’impression que ton enfant est ingrat.
  2. Mais également cela participe à donner à ton enfant du poids : Il se sent ainsi écouté, pris en compte. Cela renforce son sentiment d’appartenance à votre famille et donc renforce la cohésion… Et donc la coopération…

C’est tout bénef, c’est vraiment du gagnant-gagnant !

conclusion Mon analyse de la série « une Mère Parfaite »

Voilà ce que je voulais te partager concernant cette Mère Parfaite qui attire autant et qui est pourtant un piège redoutable !

Si je te fais la conclusion de mon visionnage de la mini série, c’est que cela a renforcé cette prise de conscience que j’avais eu !

Si tu souhaites voir la mini série, stoppe l’épisode maintenant car je risque de te spoiler !

Dans cette série, la Mère « Parfaite » interprétée par Julie Gayet tire de son propre vécu ce qu’elle ne veut pas pour ses enfants. Elle a un lourd passif avec sa propre maman qui la conduit à se construire en opposition. Là où la grand-mère faisait des erreurs, pensait à elle avant son enfant (c’est l’image qu’en a le personnage de Julie Gayet), celle-ci a décidé de s’effacer, de rester dans un couple où elle est malheureuse pour le bien de ses enfants. Sauf qu’ils ne sont pas dupes et souffrent de vivre dans ces faux semblants. La mère parfaite qu’elle pensait être pour ses enfants n’est qu’une illusion et elle se rend compte qu’elle est très loin de ce que ses enfants avaient finalement besoin !

Ce qu’elle pensait être bénéfique pour ses enfants s’est révélé non seulement néfaste pour eux, mais également pour elle-même…

Ma conclusion : Arrête de vouloir être la Mère Parfaite pour ton enfant. Fais de ton mieux, pour ton enfant en communiquant avec lui, en l’interrogeant sur SES besoins. Et ça sera déjà beaucoup !

Met fin au sacrifice et à la chimère de la perfection !

Et si tu souhaites être accompagnée sur ce chemin, c’est précisément ce que je te propose dans la formation s’élever en même temps que son enfant !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
%d blogueurs aiment cette page :