mars 9

Ce qui impacte la confiance en soi de ton enfant

Temps de lecture : 5 minutes

Comment l’impuissance apprise impacte la confiance en soi de ton enfant

C’est quoi l’impuissance apprise ?

L’impuissance apprise c’est la perte de confiance en soi, en ses capacités à réussir quelque chose, suite à des échecs répétés ou à une absence de résultat.

Je pense que tu vois le lien direct qu’il existe donc entre l’impuissance apprise et la confiance en soi de ton enfant !

C’est un sujet déjà abordé avec Tibo dans l’épisode 99, dans lequel on aborde les parallèles entre l’éducation canine positive et la parentalité bienveillante.

Illustration de ce qu’est l’impuissance apprise

L’exemple le plus connu et le plus parlant selon moi est la triste réalité de certains éléphants.

Tu as sans doute croisé des images d’éléphants tristes, attachés à une corde.

Ce qui est fou, c’est que l’éléphant, avec sa force, pourrait arracher sans difficulté ce qui l’entrave pour retrouver sa liberté.

Mais il reste à son triste sort, à cause de l’impuissance apprise :

Petit, quand il n’était qu’un jeune éléphanteau, il a été attaché avec une grosse corde à un pieu. Il a bien essayé de lutter et de se détacher, mais alors sa force n’était pas encore suffisante pour se libérer.

Il grandit ainsi, et échec après échec, ne pouvant pas se soustraire à sa corde, il intègre le fait qu’il a perdu sa liberté et que la corde ne peut pas être cassée.

Adulte, il n’essaie même plus de se libérer, car il a appris par la répétition de ses échecs plus jeunes son impuissance.

C’est cela l’impuissance apprise.

C’est se résigner à échouer, alors même que l’on évolue, grandi, et que l’on pourrait changer la donne.

Mais on est tellement conforté dans sa croyance que l’on ne peut pas, qu’on se résigne à ne même plus essayer…

C’est ce que ce professeur a démontré à ses élèves en moins de 5 minutes :

Le lien entre impuissance apprise et la confiance en soi de ton enfant

Sans nous en rendre compte, nous aussi parent, nous mettons une corde à notre enfant, qui va lui apprendre l’impuissance apprise, et cela passe notamment par des petites phrases qui nous semblent anodines :

“Tu es trop petit, je vais t’aider”

“C’est difficile, je le fais pour toi”

“C’est dangereux, laisse, je vais le faire”

Je vais reprendre ces phrases, te proposer un contexte, en quoi cela peut poser problème quand ton enfant grandit et te proposer une alternative…

Pourquoi “Tu es trop petit, je vais t’aider” impacte négativement la confiance en soi de ton enfant

Je ne vais pas revenir sur le piège du mot “petit” ou “grand”, car je t’en ai déjà parlé dans l’épisode 12 du podcast sur le piège des mots “tu es grand maintenant”.

Par exemple quand tu juges ton enfant trop petit, trop jeune, pour se laver seul correctement, pour prendre la vaisselle qui casse, etc.

Cette façon de le dire à ton enfant et de le faire pour lui lui inculque l’idée que ce n’est pas à lui de faire, car il n’a pas les capacités, à cause de sa taille, de son âge, de sa dextérité, etc.

Le problème c’est que ton enfant n’a donc pas conscience, ni connaissance, que cette incapacité est temporaire.

Il ne connait pas les conditions dans lesquelles ce sera possible pour lui !

Donc il en déduit que ce n’est pas à lui de se laver seul, de vider le lave-vaisselle, de mettre la table, etc.

Il comprend que son parent sera toujours présent pour le faire pour lui, à sa place…

Et je pense que je n’ai pas besoin de t’expliquer en quoi cela pose problème….

En grandissant ton enfant ne va pas comprendre pourquoi du jour au lendemain, maman, papa, râle de tout faire tout le temps seul et qu’il doit s’impliquer et participer à la vie de la maison…

solution pour éviter l’impuissance apprise dans ce contexte et encourager la confiance en soi de ton enfant

Une façon de faire pour développer la confiance en soi de ton enfant et en évitant ce piège de l’impuissance apprise, c’est naturellement d’impliquer ton enfant dès son plus jeune âge !

À 2 ans mon enfant participait à vider le lave-vaisselle, même la vaisselle qui “casse”. Je t’en ai parlé sur les 2 épisodes pour développer l’autonomie de ton enfant : le 15 et 16.

Ce que je te propose c’est donc de changer ton vocabulaire :

“Je vois que c’est encore difficile pour toi, je te montre et le fais avec toi pour t’apprendre.”

Dans cette tournure de phrase, pas de jugement sur les capacités, ou l’absence d’implication de ton enfant : l’adulte accompagne pour apprendre à l’enfant à faire de lui-même.

Pourquoi “C’est difficile, je le fais pour toi” impacte négativement la confiance en soi de ton enfant

“Je vois que c’est difficile pour toi, je le fais à ta place” est donc une phrase dans la même lignée que “tu es trop petit”.

Par exemple quand ton enfant n’arrive pas à mettre ses chaussures, ses chaussettes, couper sa viande, s’essuyer les fesses seul, etc. (oui, les exemples sentent le vécu et l’expérience !!)

Là encore, je te propose de changer ta façon de t’adresser à ton enfant et ne pas te positionner en “sauveur” de ton enfant.

Car après il sera normal et logique que ton enfant fasse encore appel à toi pour toutes ces “tâches”.

solution pour éviter l’impuissance apprise dans ce contexte et encourager la confiance en soi de ton enfant

Tu peux expliquer à ton enfant que tu vois ses difficultés, que tu es présente pour lui montrer comment faire, pour lui apprendre à faire seul.

C’est le meilleur moyen pour ne pas passer par la case “tu es grand maintenant, tu devrais savoir le faire seul!”

Car honnêtement, pourquoi ton enfant apprendrait à faire seul certaines choses, si quelqu’un comme son parent a l’habitude de faire pour lui ???

Petit coucou aux belles familles qui ont materné leur enfant, qui est aujourd’hui en couple avec nous, et qui attend encore que les choses se fassent seule, par l’opération du Saint-Esprit…

Tu vois que là aussi l’impuissance apprise a des répercussions et peut aussi servir d’excuses de la non-répartition de la charge mentale dans le couple !!

Pourquoi “C’est dangereux, laisse, je vais le faire” impacte négativement la confiance en soi de ton enfant

Qu’il s’agisse encore une fois du couteau pour couper la viande, de passer la tondeuse, de remuer le plat en cours de cuisson sur la plaque de cuisson, etc.

Là encore, on insinue à l’enfant que ce n’est pas de sa responsabilité de faire telle ou telle chose, pour des raisons de sécurité.

Mais de la même façon que l’on accompagne un enfant à traverser la route en sécurité en lui tenant la main, en lui apprenant à regarder à gauche et à droite, on peut apprendre à notre enfant à faire des choses qui semblent dangereuses en l’y accompagnant.

Pour le couteau, je pense aux couteaux qui ne coupent pas comme les Kiddikutter , ou bien ceux de type Opinel pour enfant ou Chef club qui ont une prise en main facilitée, et un protège-doigt.

Ce n’est pas parce que c’est dangereux qu’il ne faut pas l’apprendre à notre enfant ! Au contraire, il faut l’y accompagner.

Dans le même genre, j’ai accompagné mes enfants face au danger de l’escalier, sans jamais avoir eu recours à une barrière de sécurité. Je t’en ai parlé dans l’épisode 16 sur l’autonomie des enfants.

solution pour éviter l’impuissance apprise dans ce contexte et encourager la confiance en soi de ton enfant

L’alternative que je te propose c’est encore une fois :

“Cela peut être dangereux, je te montre comment le faire en sécurité pour te l’apprendre…”

Une autre variante d’impuissance apprise de ce contexte peut aussi être “tu le fais mal, laisse je le fais” quand on parle par exemple de plier le linge, passer l’aspirateur, etc.

Encore une fois cela est valable pour ton enfant… et aussi pour certains conjoints !!!

La solution ici consiste encore à accompagner, encourager et lâcher prise.

Oui, ça ne sera pas parfait. Mais le simple fait que ton enfant essaie de le faire est encourageant alors capitalise dessus, fais du renforcement positif, et accompagne pour apprendre à faire à ton enfant !

L’impuissance apprise et le manque de confiance en toi, chez le parent

L’impuissance apprise et l’absence de confiance en soi est également vraie pour toi, adulte qui accompagne l’enfant !

Ce n’est pas parce que tu mets des choses en place avec ton enfant pour favoriser sa coopération naturelle, pour développer son intelligence émotionnelle et qu’il sache mieux vivre ses émotions que cela va marcher du premier coup !

Le risque alors, c’est de penser que la parentalité bienveillante ne fonctionne pas avec ton enfant !

C’est faux !

Ton enfant n’est pas une machine pour laquelle il faut trouver le bon bouton de commande.

Toi et lui êtes humains et donc il n’y a pas de trucs et astuces qui marchent.

Je t’en ai déjà parlé dans l’épisode 33 “J’arrive au bout des outils de la parentalité bienveillante, que faire ?

La Parentalité Bienveillante ce n’est pas des trucs et astuces.

C’est une façon d’être avec ton enfant. C’est incarner le comportement que tu souhaites que ton enfant reproduise.

C’est pour cela que mes formations ont toutes pour base ton propre développement personnel : Que tu incarnes le changement que tu souhaites voir chez ton enfant.

Et comme les enfants font ce qu’ils voient, pas ce qu’on leur dit, c’est une garantie de succès !

Donc ne t’arrête pas à une mauvaise journée, à un stade où ton enfant et plus challengeant.

Une belle relation avec ton enfant, c’est comme toute relation de couple, amicale, etc.

Cela demande du temps et de l’investissement. Ça ne change pas du jour au lendemain, mais c’est une succession de journées, moments… Alors, sors de l’impuissance apprise toi aussi, en tant que parent !

Et si tu as besoin d’un coup de pouce, d’un accélérateur, je suis là !

Conclusion pour favoriser la confiance en soi de ton enfant

Avec ton enfant, fais attention à ton vocabulaire : Les mots ont du poids, de l’importance.

Tu peux également découvrir l’épisode 5 où je te partage les 4 clés de la confiance en soi de ton enfant.

La confiance en soi de ton enfant est également un module complet de la formation S’élever en même temps que son enfant.

module sur la confiance en soi de la formation s'élever en même temps que son enfant

Grâce à 8 épisodes de podcast privé de la formation (15 minutes environ) tu auras toutes les clés concrètes pour développer la confiance en soi de ton enfant, mais aussi la tienne :

Apprendre à ton enfant à valoriser ses échecs, ne plus les craindre, apprendre à nourrir (concrètement) son estime de soi etc.

Si tu désires en savoir plus, RDV sur merecredi.com/formation car les portes de cet accompagnement en ligne vont bientôt réouvrir, pour quelques jours seulement !

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>

Tu veux accompagner ton enfant avec

Bienveillance & des Limites Claires

+ Gagner confiance en toi pour aborder avec sérénité les futures étapes de l'évolution de ton enfant ?