janvier 14

Lien entre personnalité de ton enfant et sa position dans la fratrie

Temps de lecture : 5 minutes

Lien entre personnalité de ton enfant et sa position dans la fratrie

Et si la position de ton enfant dans la fratrie influait sur SON comportement, sa personnalité? Et donc TON comportement vis à vis de lui ?

La fratrie, c’est déjà un sujet que j’ai traité dans l’épisode 17, où je te partage les 7 erreurs classiques que nous pouvons faire en tant que parents et qui peuvent être source de tension entre nos enfants…

Mais dans cet article, j’aimerais aller un cran plus loin : t’aider à prendre conscience que la position de ton enfant dans la fratrie peut directement influer sur sa personnalité, son comportement et ta façon de réagir avec lui !

Parce qu’en prendre conscience t’aidera du coup à mieux comprendre ton enfant.

Et pouvoir ajuster ton comportement, afin de toujours œuvrer dans le sens d’une meilleure relation entre vous, une relation de confiance et de coopération !

Le point de départ de ma prise de conscience que la position dans la fratrie influe sur la personnalité des enfants

Tout est parti de mon propre constat : Mon frère et moi sommes assez différents, pourtant élever avec les mêmes parents, la même éducation et règles. J’ai mis notre différence sur notre différence d’âge (10 ans d’écart, forcément nos parents ne sont pas les mêmes). Je te l’ai évoqué dans l’épisode 36, où je te parle des questions autour d’avoir ou non un 2ème enfant.

Et puis je suis devenue moi-même maman : 3 enfants d’âge assez rapprochés (moins de 5 ans entre le premier et le dernier). Et pourtant force est de constater qu’avec les mêmes gènes, la même éducation, nous avons en face de nous 3 caractères et personnalités complètement différentes !

Bien sûr, ils sont uniques, mais pour le coup leurs différences sont aussi très marquées dans leurs modes de fonctionnement…. Et cela m’a posé question…

Et puis j’ai découvert le compte Instagram de @tj_therrien qui s’amuse à mettre en lumière le comportement des enfants selon leur position dans la fratrie pour une même situation… (je l’ai découvert avec cette vidéo )

Et là, tout à prix sens… Prise de conscience que j’aimerai te partager aujourd’hui !

constat du lien entre la position dans la fratrie et personnalité de ton enfant

À partir de mon expérience, je me suis aperçue que selon la position de mon enfant dans la fratrie, un trait de caractère, de personnalité ressortait plus marqué…

Ce que les vidéos humoristiques de TJ sont venues renforcer !

Ce que je te partage ici sont des généralités, bien évidemment chaque enfant est unique. Mais je souhaite te partager mes observations, pour te donner des pistes et peut être t’aider à quelques prises de conscience.

Je ne souhaite absolument pas décrire de fausses vérités telles que l’ainé est ainsi, le second a tel comportement et le dernier agit ainsi… Mes propos seront à prendre pour ce qu’ils sont : des observations, mais pas des vérités absolues !

Personnalité d’un ainé de fratrie

Anthony Bridgerton,
qui endosse la responsabilité en tant qu’ainé de la famille

L’ainé est celui avec lequel on découvre tout de la parentalité.

Il dispose de toute l’attention de ses parents dès le début de sa vie.

Ce sont souvent des enfants curieux, attentifs.

En devenant l’ainé, ils endossent inconsciemment la responsabilité de prendre soin de leur frère ou de leur soeur. Ils ont donc souvent tendance à avoir cette capacité naturelle de prendre soin de l’autre, de rendre service.

TJ dans ses vidéos présente les ainés comme les enfants serviables, responsables, attentionnés. Les bons élèves en quelques sortes…

Personnalité d’un second, des enfants du milieu de la fratrie

Les enfants nés ensuite et qui sont dans la “mêlée” de la fratrie ont souvent tendance à avoir besoin d’attention.

Dès le début de leur vie, ce sont des enfants qui ont dû “partager” : Leurs parents, leurs jouets, leurs temps.

J’en ai fait l’amer constat en donnant naissance à mon 3ème enfant.

Je sais que “l’enfant du milieu” peut souffrir d’un manque d’attention, car n’est pas le premier, ni le petit dernier. J’ai voulu y faire attention et pourtant le constat était clair : plein de photos de mes 3 enfants, plein de photos de mon ainé, de mon dernier, naturellement. Plein de photos de 2 de mes enfants ensemble. Mais des photos de ma fille seule, celle du milieu de la fratrie : j’ai dû remonter sur plus de 6 mois de photos pour en trouver 1 seule !!!

Comme quoi on a beau avoir conscience des choses, ce n’est pas pour autant plus facile d’y faire attention et de ne pas tomber dans le “piège”!

Les enfants du milieu de la fratrie ont donc souvent un grand besoin d’attention. D’attirer le regard sur eux. Même si ce n’est pas toujours de la bonne façon (comme je te l’ai expliqué dans l‘épisode bonus N°5 sur le besoin d’attention des enfants).

Ce sont donc souvent des enfants créatifs, qui testent, expérimentent. Ils peuvent paraitre un peu turbulents et bruyants pour le coup, et qui traduit leur besoin d’attirer l’attention sur eux.

Eloise Bridgerton,
qui se démarque et se différencie de ses frères et soeurs

TJ représente l’enfant du milieu de la fratrie par le foufou, le comique de la famille. L’instinctif brut. Et j’avoue que cela colle assez bien avec ce que je constate autour de moi et dans ma famille.

Ma fille est sans filtre, la première partante pour tester n’importe quelle activité sortie, qui invente des choses dont je n’avais même pas idée qu’on puisse imaginer !

Personnalité du petit dernier de la fratrie

Les derniers de la fratrie grandissent avec des enfants au-dessus d’eux. Ils vivent donc une domination naturelle par les parents, renforcée par les ainés, de par sa position de “petit dernier”.

C’est ce que j’ai observé dans ma famille et dans le comportement de Crapopoulos.

Moi qui mets en avant la coopération et évite la domination avec mes enfants, j’ai eu du mal à comprendre la phase d’affirmation si marquée de mon petit dernier…

Jusqu’à ce que j’observe le fonctionnement de mes enfants dans la fratrie.

Crapopoulos est la dernière roue du carrosse, il se doit de suivre les indications, les jeux de ses frère et soeur. Il est naturellement dans une position de dominé, qu’il compense par une phase d’affirmation plus marquée !

Pour palier à cette domination ressentie, j’ai remarqué que mon enfant a tendance à s’affirmer au point de plus facilement taper, d’exprimer une colère latente, même à l’école. Nous avons eu des remarques quant à son comportement.

Tu le sais, mon truc à moi c’est justement les émotions, alors j’ai appris à mon fils à accueillir sa colère, écouter son message pour pouvoir agir en amont -exactement ce que je t’apprends à faire toi aussi avec ma formation pour mieux vivre les émotions !

Le hic, c’est que se faire gronder, reprendre rajoutait une couche de colère à Crapopoulos.

Il se sentait honteux, et pour “mieux vivre” ce sentiment de honte, la colère reprenait le dessus.

Et c’est très humain, car après tout, la meilleure défense quand on est blessé dans son ego, c’est l’attaque !

Il a alors été important de faire comprendre à mon fils que ce n’est pas LUI que nous n’acceptions pas, ce n’est pas LUI que la maîtresse n’aimait pas.

Mais son comportement ! LA clé c’est d’insister sur la différence entre le COMPORTEMENT et ton enfant, son IDENTITÉ. Ce dont je t’ai parlé dans l’épisode 34 et le piège du “je suis (…)”.

Autre comportement observé chez les petits derniers d’une fratrie : les chouchoutés. Ceux dont on prend soin.

Hyacinthe Bridgerton,
qui bénéficie des attentions de ses ainés !

Car s’ils sont plus naturellement “dominés”, force est de constater qu’ils sont aussi plus entourés!

Quand je demande quelque chose à Crapopoulos comme ranger, ses frères et soeurs ont souvent tendance à vouloir l’aider, faire pour lui afin d’aller plus vite… Ce qui n’aide pas Crapopoulos à prendre ses responsabilités et sa part dans la vie de la famille !

TJ représente le petit dernier par l’enfant le plus assisté, pour qui on fait à la place et qui devient un peu le pacha de la maison !

Comment adapter ton comportement en fonction de la position de ton enfant dans la fratrie ?

En partant de ces observations, comment alors ajuster ton comportement en tant que parent afin d’atténuer ces traits, ces différences entre tes enfants ? Pour “pivoter”…

Adapter ton comportement face à l’ainé de tes enfants

L’ainé porte donc beaucoup de poids sur ses épaules. Il est alors intéressant de lui permettre de rester un enfant, de faire des erreurs, et non pas d’être un exemple, un enfant “parfait”…

C’est donc prendre conscience de ne pas demander au plus grand de surveiller son frère ou sa soeur, de ne pas lui demander d’être un modèle, mais plutôt de lui demander d’adopter un comportement parce que c’est celui qui est attendu. Sans insister sur les conséquences du modèle qu’il peut être pour les autres enfants de la fratrie…

Adapter ton comportement face à ton deuxième enfant (ou les enfants du milieu de la fratrie)

Clairement, pour le second, c’est de mettre l’accent sur l’attention qu’on lui porte. À lui et à lui seul. Prendre conscience que les moments en tête à tête sont importants pour les enfants et encore plus pour les enfants en milieu de fratrie !

Afin de lui donner l’attention qu’il recherche, sans pour autant que notre attention lui soit accordée dans ses moments de folie. Il n’a pas besoin de faire le clown pour avoir notre attention….

Adapter ton comportement face au petit dernier de la famille

Si je t’ai conseillé de retirer un peu du poids de la responsabilisation qui pèse naturellement sur ton ainé, il est intéressant d’en mettre un peu plus sur ton petit dernier, afin qu’il ne devienne pas l’assisté de tous les membres de la famille.

Ce que j’entends par responsabilisation, c’est vraiment le remettre au centre de ses décisions, avec les conséquences naturelles. Afin de lui redonner du pouvoir, ce qui lui permettra d’avoir le double bénéfice de le sortir du poids de la domination.

Dans mon cas, c’est de demander à mes grands de ne pas ranger la chambre de leur petit frère pour avoir un temps d’écran en famille. C’est à Crapopoulos de faire le premier pas. Il peut être aidé, car il n’a que 4 ans. Mais il a très bien compris que s’il traine assez, son frère et/ou sa soeur finiront par le faire pour lui, à sa place. Donc, quand les grands ont rangé leurs chambres et la salle de jeux, que Crapopoulos refuse de commencer dans sa chambre, la conséquence naturelle est que les grands peuvent commencer à regarder la télé. Par lui. Il ne les pénalise pas. C’est en expérimentant qu’il comprend et apprend!

Conclusion

Voilà le fruit de mes réflexions. Naturellement, c’est à adapter à ton enfant, ta fratrie. Cela peut t’aider à mieux percevoir les rouages de ta propre enfance, mais aussi d’adapter ton comportement à ton enfant en fonction de ce que tu constates :un besoin d’attention, un besoin de plus de légèreté (moins de pression telle que je l’ai décrit chez l’ainé) ou de plus de responsabilisation pour le petit dernier…

📍 Si cet article t’a plu, partage-le autour de toi ou épingle-le sur Pinterest ! (choisis l’image que tu préfères pour l’épingler sur ton tableau Pinterest ! Un petit geste pour toi, un grand pour m’aider à faire connaitre cet article 🥰)

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>

Tu veux accompagner ton enfant avec

Bienveillance & des Limites Claires

+ Gagner confiance en toi pour aborder avec sérénité les futures étapes de l'évolution de ton enfant ?