avril 30

Le piège derrière “je suis fière de toi”

Temps de lecture : 5 minutes

Le piège derrière “je suis fière de toi”

Aujourd’hui, je continue sur la lancée de ma série “le piège des mots” en abordant avec toi celui de cette petite phrase, a priori positive “je suis fière de toi”.

Si le concept te plait, tu peux retrouver les précédents épisodes

Peut-être penses-tu que je coupe les cheveux en 4 et qu’il n’y a rien à reprocher à cette formulation, positive et agréable pour ton enfant…

Laisse-moi le temps de cet article pour te présenter ma vision des choses et peut-être te faire voir les choses sous un autre angle… Comme tout ce que je te partage ici, c’est une des prises que j’ai eues au cours de mon évolution, avec mes enfants… 

Commençons d’abord par le début :

C’est quoi la fierté ?

La fierté est un sentiment d’amour propre, de satisfaction personnelle. C’est en lien direct avec l’honneur de la personne, sa dignité.

Tu as peut être le sentiment d’être fière de toi d’avoir accompli une chose.

Et quand tu dis à ton enfant “je suis fière de toi”, c’est que tu reconnais chez ton enfant sa satisfaction d’avoir réussi quelque chose.

Est-ce que tu me vois venir avec mes gros sabots ?

La fierté n’est valable que pour soi

La fierté est quelque chose de personnel, que l’on ressent pour soi.

Pas pour quelqu’un d’autre.

Tu peux ressentir de la joie, du plaisir à constater la fierté de l’autre, de ton enfant. Mais pas de la fierté.

Car si tu ressens de la fierté quand ton enfant accomplit quelque chose qui lui tient à cœur, cela signifie que tu ressens une satisfaction personnelle. Et donc, par extrapolation, que tes propres projections ont été assouvies à travers ton enfant…

Tordu tu penses ?

Pas tant que cela en fait.

Car je pense qu’il s’agit plutôt d’une confusion que nous avons en tant que parents dans nos émotions. Une mauvaise identification de ce que nous ressentons finalement.

confusion entre ton sentiment de joie et de fierté

Et s’il s’agit pourtant bel et bien d’une projection, je ne peux que te conseiller de creuser, car tu tiens là une piste très intéressante à creuser pour améliorer la relation avec ton enfant !

Si je reviens au sujet du jour, il y a donc souvent, à mon sens, une confusion chez nous, parents, entre la joie ressentie de voir notre enfant satisfait de lui-même, et notre propre sentiment de fierté.

C’est 2 choses distinctes et je pense que c’est important de démêler tout cela…

Car, comme je l’aborderai un peu plus loin dans l’épisode, entretenir cette confusion de joie/fierté peut avoir des conséquences négatives pour ton enfant…

Le lien entre fierté et confiance en soi

Tu l’as peut-être perçu entre les lignes, mais si je reprends la définition de la fierté, cela revient à parler de l’amour propre de ton enfant.

Et rappelle-toi ce que je t’ai partagé dans l’épisode 5 concernant mes 4 clés pour développer la confiance en soi de ton enfant.

L’amour de soi (donc l’amour propre) est une des composantes de l’estime de soi !

les 3 piliers de l'estime de soi : amour de soi (donc la fierté personnelle) image de soi et confiance en soi

Donc, apprendre à ton enfant à chercher sa satisfaction personnelle, sa fierté, c’est consolider la confiance, l’estime qu’il a de lui-même !

Tu comprends donc que l’enjeu derrière le choix des mots est assez important…

Alors, creusons encore un peu, en quoi est-ce que “je suis fière de toi” peut être un problème pour ton enfant (et donc sa confiance en lui!)

Le problème quand la fierté est dépendante de l’autre

Dépendance

Le problème lorsque tu dis à ton enfant “je suis fière de toi”, c’est que tu retires la satisfaction propre de ton enfant, en la rendant dépendante de ton opinion.

C’est-à-dire que “je suis fière de toi” revient à soumettre la validation de la fierté que peut ressentir ton enfant à l’opinion d’un tiers.

Sa fierté ne lui appartient plus, elle devient dépendante de la validation d’un avis extérieur.

C’est transférer le pouvoir de la satisfaction personnelle dans les mains de l’autre.

Un sentiment intrinsèque devient extrinsèque.

Et ainsi créer de la dépendance vis-à-vis de l’opinion de l’autre.

Le regard de l’autre

Et c’est bien là que se situe le plus grand danger finalement derrière cette petite phrase a priori positive.

C’est d’apprendre à ton enfant à devenir dépendant du regard de l’autre.

Que sa seule satisfaction personnelle n’est rien comparée à la validation du regard extérieur !

“Je suis fière de toi” c’est apprendre à ton enfant que ce qu’il fait, ce qu’il pense accomplir doit être validé par quelqu’un d’autre avant de ressentir de la satisfaction personnelle.

dependance au regard de l'autre

La conséquence ? C’est donc de fragiliser son estime de lui-même, sa confiance en lui. Car il apprend ainsi à faire attention à ce que les autres peuvent penser de lui, de comment ils vont le juger, l’évaluer…

Et toi, dis-moi, comment te sens-tu vis-à-vis du regard de l’autre ?

Est-ce que tu te sens jugée ?

Si on prend le domaine de la parentalité :

Est-ce que tu as l’impression d’être jugée comme un bon parent selon comment tu réagis avec ton enfant ?

Est-ce que tu te soucies du regard de l’autre quand tu es dans un lieu public avec ton enfant ?

Est ce que les remarques, voir les critiques de ton entourage te touchent ?

Et si tout cela était en lien direct de la dépendance de ton sentiment de fierté du regard de l’autre ?

Est-ce que ce ne serait pas plus facile de vivre si tu ressentais de la fierté par toi même ?

Voilà pourquoi cet épisode me tient particulièrement à coeur.

Pour t’aider, peut-être, dans cette prise de conscience…

Passif versus actif

Le dernier point, histoire d’enfoncer le clou, c’est que la différence entre “je suis fière de moi” et “je suis fière de toi” c’est que dans le premier cas, ton enfant, en pensant ainsi est acteur de sa propre vie : son sentiment de fierté lui appartient.

Dans le second cas, quand tu dis à ton enfant “je suis fière de toi”, ton enfant est passif dans cette phrase. C’est celui qui prononce la phrase qui donne ou non la fierté. Ton enfant, lui, attend le verdict…

Alors, redonne le plein pouvoir de sa fierté à ton enfant.

Laisse le maître de son amour propre, de sa satisfaction personnelle…

Pourquoi développer la fierté propre de ton enfant ?

Fierté personnelle

Comme nous l’avons vu, remettre ton enfant au coeur de sa fierté personnelle quand il atteint un objectif qu’il s’est fixé, quand il a fait quelque chose et que tu lui donnes l’occasion de constater son sentiment de fierté, c’est un excellent moyen de lui permettre cette prise de conscience.

C’est toi, ainsi qui lui apprends ce qu’est réellement le sentiment de fierté. Tu lui apprends ce que toi peut-être tu ne savais pas avant d’écouter cet épisode : la différence entre la joie de voir quelqu’un réussir et le sentiment de fierté personnelle.

Ainsi, tu continues l’apprentissage de l’intelligence émotionnelle de ton enfant, en lui apprenant à faire la différence entre ses émotions qui peuvent facilement se confondre.

Encourage la recherche de la réussite personnelle

Un autre aspect positif, c’est d’apprendre à ton enfant à rechercher sa propre satisfaction.

En ressentant cette fierté, il est fort à parier qu’il voudra de nouveau ressentir cette émotion positive et puissante. Et donc, cela va l’encourager à persévérer, à se relever d’un “échec” pour s’améliorer et finalement parvenir à son but. La fierté en sera d’autant plus savoureuse.

Donc apprendre à ton enfant à ressentir la fierté par lui-même, pour lui-même, c’est lui apprendre le gout de la persévérance, pour rechercher sa propre satisfaction…

Participe à la construction d’une confiance haute

Et enfin, comme je te l’ai déjà partagé, fierté et confiance en soi sont étroitement liées.

Donc, redonner toute sa place à la fierté de ton enfant, pour lui-même, par lui-même, c’est aussi une vraie opportunité de construire et consolider l’estime qu’il a de lui-même.

En le libérant du regard de l’autre.

Mais également en lui apprenant ce sentiment de satisfaction personnelle.

Remplacer “je suis fière de toi” par une question

OK, maintenant, je t’ai peut être fait voir les choses d’une autre façon, mais concrètement, comment faire cela sans retomber dans la facilité et le piège de cette phrase “je suis fière de toi” ?

Exemples pour remplacer « je suis fière de toi »

Et bien, ce que je te propose c’est au lieu d’utiliser une phrase affirmative : “je suis fière de toi”, c’est de passer à une formulation interrogative.

solution pour éviter le piège de je suis fière de toi : poser la question

Cela peut être, par exemple :

“Je vois que tu as l’air fier d’avoir réussi /  fait (…) C’est ce que tu ressens ?”

“Est-ce que tu te sens fier de ce que tu as fait, d’avoir (..) ?”

“Je vois que tu as réussi quelque chose qui te tenait vraiment à coeur, sur lequel tu t’es appliqué (…) : Est ce que tu es content de toi ?”

“Je suis heureuse de te voir fier d’avoir fait, terminé (…) Est-ce que ce que tu ressens c’est bien de la fierté ?”

Développer la prise de conscience de ton enfant en sa fierté

Il peut y voir plein de façons différentes finalement de poser la question à ton enfant sur ce qu’il ressent et lui soumettre l’idée, que ce qu’il ressent, c’est peut être de la fierté…

Le but, par ta question, c’est finalement d’accompagner ton enfant dans la prise de conscience de ce qu’il ressent. De l’accompagner dans la reconnaissance et l’identification de cette émotion…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Accompagner les émotions de ton enfant pour améliorer son comportement... Ça t'intéresse?

%d blogueurs aiment cette page :