février 4

Comprendre l’énurésie nocturne : 2 solutions pour en finir

Temps de lecture : 4 minutes

Comprendre l’énurésie nocturne chez mon enfant : 2 solutions pour en finir

Pour aller plus loin concernant l’énurésie nocturne des enfants, je suis heureuse de te proposer un résumé de mon échange avec Carine, kinésithérapeute, spécialisée dans les troubles urologiques de l’enfant.

Carine est également professeur de Yoga et tu peux la suivre sur Instagram sous le compte Autour du bien être.yoga

Carine qui écoute le podcast S’élever en même temps que son enfant m’a contacté suite à l’épisode 67, où nous échangions avec Sheryne de nos expériences respectives face à notre passé d’enfant énurétique et aujourd’hui maman, concernée par un enfant ayant également un trouble de l’énurésie nocturne.

Carine m’a contacté pour me partager ses connaissances en tant que professionnelle dans l’accompagnement des enfants avec trouble urologique.

Sa vision claire, son approche logique et respectueuse de l’enfant m’a donné envie de lui proposer cette interview pour que toi aussi tu puisses découvrir 2 pistes très simples pour enfin comprendre l’énurésie de ton enfant et amorcer un pas en direction de la sortie des « pipi » au lit.

Rappel de la définition de l’énurésie

Comme discuté avec Sheryne, j’échange avec Carine autour de l’énurésie primaire.

L’énurésie primaire concerne les enfants pour qui l’acquisition de la continence prend plus de temps, car ton enfant n’a jamais été en capacité, sur le long terme de retenir ses besoins la nuit.

A contrario, l’énurésie secondaire survient après une période plus ou moins longue où ton enfant a déjà été en capacité de retenir ses besoins et il vit comme une « régression » dans cette capacité.

Dans le cas d’une énurésie secondaire, la cause est très souvent principalement psychogène.

Là où l’énurésie primaire peut également être psychogène, mais souvent associée à d’autres facteurs, tel que nous allons le partager…

Autre point de précision : On parle d’énurésie chez des enfants de plus de 5 ou 6 ans, car jusqu’à cet âge, il s’agit du rythme d’acquisition classique de cette capacité.

C’est à partir de 5 – 6 ans que l’ont peut envisager une prise en charge.

Et pourtant je sais que c’est compliqué en tant que parent de devoir gérer les lessives que génèrent les « pipi » au lit.

Et c’est là où le projet de pyjama antifuite de Sheryne prend tout son sens : Terminer de devoir changer toutes les nuits le lit complet ! Car son pyjama est absorbant et permet de garder le lit au sec !

Si tu veux en savoir plus, file suivre Sheryne sur son compte Instagram Mamoune_et_Mayotte ou directement sur son site pour suivre le lancement de son pyjama rituel antifuite !

Dans le cas où ton enfant a plus de 6 ans, passons aux explications et solutions de Carine, kiné spécialisée dans les troubles urologiques de l’enfant !

Les 2 causes possibles de l’énurésie nocturne de l’enfant

Cause possible de l’énurésie nocturne de l’enfant : Un défaut hormonal

La première hypothèse que Carine nous partage et qui peut expliquer une énurésie nocturne chez ton enfant, c’est un défaut dans la sécrétion hormonale de ton enfant de l’hormone ADH.

L’hormone ADH est une hormone antidiurétique, c’est-à-dire que son objectif est de contrôler, de limiter la production d’urine.

Cette hormone est surtout produite et utile la nuit, afin de limiter le volume urinaire nocturne.

Tu comprends donc facilement la logique qui se met en place :

Si le corps de ton enfant ne produit pas ou pas assez d’ADH, le volume d’urine produit pendant son sommeil n’est pas limité… Et ça déborde !

Ta vessie sans le contrôle de l’ADH, c’est un peu comme Alex Dunphy distraite (Modern Family)

La journée, les conséquences ne sont pas les mêmes, car ton enfant est conscient, il a acquis la reconnaissance des signaux de son corps et est donc en capacité d’aller aux toilettes quand il en a besoin.

Le hic, c’est la nuit.

L’énurésie nocturne est très souvent multifactorielle. C’est-à-dire qu’il peut y avoir plusieurs causes. Comme par exemple si ton enfant a un sommeil très profond (et donc dans l’incapacité d’entendre les signaux nocturnes de son corps), ou s’il a hérité de ce petit souci (et oui, l’énurésie a aussi des causes génétiques. Très souvent, un des parents ou les 2 ont également connus de petit retard d’acquisition…)

Donc si l’on cumule les facteurs, dont un déficit hormonal en ADH, tu comprends que c’est une difficulté supplémentaire qui va retarder encore plus l’acquisition de la continence nocturne pour ton enfant !

Cause possible de l’énurésie nocturne de l’enfant : une instabilité de la vessie

Autre cause possible de l’énurésie nocturne chez ton enfant : une instabilité vésicale, c’est à dire une vessie un peu trop sensible et excitée, en ayant des contractions anarchiques.

Une vessie instable, c’est un peu comme Tigrou : Elle ne s’arrête jamais!

Il faut comprendre qu’une vessie qui fait parfaitement son job ne se contracte que lorsqu’elle est pleine. C’est ce qui te donne cette sensation d’envie de faire pipi et donc de se vider.

Une vessie avec des contractions anarchiques va se contracter sans raison réelle. En journée, cela peut encore passer, car ton enfant est conscient et il va alors se ruer aux toilettes.

Mais la nuit… Et bien cette vessie va alors se vider toute seule, sans que ton enfant ne s’en rende compte.

Comment identifier la cause de l’énurésie de mon enfant ?

À partir de la connaissance de ces 2 raisons, il est alors possible de créer une certaine logique de déduction de la cause de l’énurésie de ton enfant :

Observe ton enfant et son comportement en journée.

Est-ce que quelques fois tu retrouves quelques gouttes de pipi dans la culotte de ton enfant ?

Est ce que tu remarques en journée que lorsque ton enfant se rend compte de son besoin d’aller aux toilettes, alors c’est un besoin urgent, il court, car c’est prêt à déborder ?

Ou bien peut-être que tu constates que ton enfant va très, très souvent aux toilettes ? Ou au contraire, il a tendance à se retenir de boire ?

Si c’est le cas, et bien cela peut être des symptômes d’une instabilité vésicale : une vessie à contractions anarchiques.

À défaut, si ton enfant ne présente aucun de ces symptômes la journée et que les « accidents » ne sont que la nuit, alors un simple dosage de l’hormone ADH permettra de confirmer (ou non) l’hypothèse d’un défaut de production hormonal.

Et pour cela, c’est très facile : une simple prise de sang prescrite par ton médecin permettra de statuer.

Comment en finir avec l’énurésie nocturne de mon enfant

Dans le cas d’un déficit hormonal ADH

Une fois la prise de sang réalisée, et si celle-ci confirme un déficit hormonal en ADH, ton médecin pourra te prescrire un spray à vaporiser dans la bouche. Ce spray viendra compenser la production insuffisante ou absente d’ADH, pendant la durée du traitement de 1 mois.

Les effets doivent être visibles en 1 mois, sans quoi cela signifie que ce n’était finalement pas la cause.

Le but de ce traitement temporaire est d’initialiser la machine, apprendre au corps par une aide extérieure cette production hormonale.

Le corps prendra alors ensuite le relais et produira par lui-même cette hormone qui faisait défaut.

À partir de là, c’est la sortie des machines à laver journalière pour laver les draps !

Dans le cas d’une vessie immature

L’autre hypothèse responsable de l’énurésie nocturne, c’est l’immaturité de la vessie.

Et dans ce cas, ton médecin peut prescrire à ton enfant de la kinésithérapie, et c’est exactement là où intervient Karine dans la prise en charge des enfants présentant un trouble urologique : La fin de l’énurésie nocturne par de la rééducation ciblée.

Oui, ton enfant va alors apprendre à connaitre et maitriser son périnée.

Mais pas exactement comme toi lors de ta rééducation post-partum !

C’est beaucoup plus spécifique, car il s’agit en fait de permettre à ton enfant de comprendre son corps, comprendre le rôle du périnée dans le contrôle de la vessie, ce que signifie une contraction et un relâchement.

En apprenant à contracter son périnée, celle-ci va venir inhiber la vessie. C’est à dire l’empêcher de se contracter. Elle va donc redonner un rythme de contraction normale et non plus anarchique.

Carine explique que plus l’enfant est pris en charge jeune (6-8 ans), plus la rééducation peut être rapide (à titre indicatif, 5 séances pour voir les premiers signes d’amélioration).

A contrario, plus l’enfant est âgé, plus il y aura également besoin de déconstruire de potentielles habitudes. Mais dans tous les cas, les résultats sont à la clé et la fin de l’énurésie nocturne une réalité !

Comment trouver le professionnel adapté pour accompagner mon enfant ?

La première chose est donc d’en parler avec son médecin traitant ou pédiatre.

Évoquer l’idée d’un dosage hormonal ADH.

Ou bien une prescription pour de la kinésithérapie pour une prise en charge du trouble urologique.

Carine nous partage l’annuaire de sa formation où sont recensés les professionnels de la kinésithérapie, formés à la prise en charge des troubles urologiques de l’enfant : EIRPP

Tu peux alors faire une recherche par département et trouver un professionnel formé, près de chez toi.

📍 Si cet article t’a plu, partage-le autour de toi ou épingle-le sur Pinterest ! (choisis l’image que tu préfères pour l’épingler sur ton tableau Pinterest ! Un petit geste pour toi, un grand pour m’aider à faire connaitre cet article 🥰)

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>

Accompagner les émotions de ton enfant pour améliorer son comportement... Ça t'intéresse?